BOESCHEPE

aniatik
Messages : 150
Enregistré le : sam. 21 juil. 2007 12:02

BOESCHEPE

Messagepar aniatik » dim. 11 mars 2018 19:07

le 6 mars 1906 : la république met en œuvre sa haine de l'Eglise catholique : expulsion des Congrégations.

« À 10 heures du matin, le percepteur, M. Caillet, se présente devant l'église de Boeschepe, un village du Nord, non loin de la frontière belge. Il est accompagné de son fils, étudiant en droit à Lille, et de M. Benoist, commissaire de Bailleul, le chef-lieu du canton. Un détachement du 8e d'infanterie, une dizaine de dragons et cinq gendarmes les attendent. Leur mission : assurer la protection de l'inventaire des biens ecclésiastiques qui doit avoir lieu à Boeschepe, comme dans les 36 000 communes de France, en application de la loi de séparation des Églises et de l'État promulguée le 9 décembre 1905. Depuis un mois, ces inventaires ont donné lieu à de multiples incidents. Mais en Flandre française, la population est très pratiquante : l'atmosphère est électrique.

Deux serruriers étrangers à la commune ont été réquisitionnés. Ils forcent la porte de l'église. Entouré d'une cinquantaine de fidèles, le curé, l'abbé Haan, lit la protestation que son évêque a transmise au clergé du diocèse. Pendant que les fonctionnaires examinent les objets du culte, l'assistance entonne des cantiques. À 11 heures, alors que l'opération s'achève, un tumulte se fait entendre : forçant les barrages, 300 hommes pénètrent dans le cimetière, passent par la sacristie et font irruption dans l'église.

Aucun d'entre eux n'est armé. Revolver au poing, le commissaire demande au prêtre de calmer les manifestants. L'abbé Haan s'exécute. Dans un premier mouvement, les assaillants reculent. Mais la bagarre éclate avec les gendarmes. Coups de poing, coups de pied, les chaises volent. Dans l'action, le percepteur roule à terre. Son fils, qui porte un revolver sur lui, prend peur : il tire, au moment où claquent d'autres détonations. Un homme s'effondre, mort. Dans la plus grande confusion, le percepteur et son fils s'échappent, puis un fourgon de cavalerie les emmène au galop.

L'autopsie révélera que la balle mortelle venait du calibre 6 du fils du percepteur, l'enquête confirmant que trois balles avaient été tirées par cette arme et trois autres par les gendarmes. Premier martyr des Inventaires, Gery Ghyseel, un ouvrier boucher de 35 ans, laissait une veuve et trois orphelins.

La Flandre catholique l'enterrera le 10 mars. Trois jours auparavant, ce drame avait provoqué la chute du gouvernement. »

Tiré de Quand les catholiques étaient hors la loi de Jean Sévillia (éditions Perrin page 9)

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité